Vulcain_ToulouseLa péniche «Vulcain» prépare, à Toulouse, le mois de la violette.
De novembre à mars, le bateau se reconvertit en une vaste serre de production de violettes. Les plantes seront prêtes pour le mois de la violette, en février 2009.
Hélène Vié et son équipage ont ré-ouvert le bateau le lundi 19 janvier 2009, après une semaine de vacances. Durant l’été, un salon de thé propose, à bord, des dégustations gourmandes dédiées à la promotion de la violette de Toulouse. Et, tous les ans, pour les journées du patrimoine, une exposition retrace sur le bateau les étapes de la production de la violette. Voir sources >>

Un article publié le 11/02/2000 | Andrée BRASSENS
La Dépêche du Midi - Toulouse : Canal du Midi

Une carcassonnaise éprise de Toulouse est à la barre de la Maison de la violette, sur le canal du Midi. L'ancienne capitaine de l'armée de l'air a réalisé son rêve: faire voyager l'image de la Ville rose sur l'eau. A Toulouse, la maison de la Violette va bientôt jeter l'ancre sur le canal du Midi, à proximité de la gare SNCF Matabiau. TOULOUSE_fin_mars_032__Large
La maison ou le bateau de la violette.
On peut déjà l'apercevoir, quai Saint-Sauveur, où sont amarrés le Capitole et la péniche de Médecins sans frontières. C'est là que le Vulcain, autrefois baptisé "Arche de Noé" par une compagnie théâtrale, a été restauré. Un chantier naval de deux mois pour redonner de nouvelles couleurs au fleuron de la flotte Shell. En 1930, les premières péniches motorisées sonnèrent le glas des péniches tractées par les chevaux sur les chemins de halage. Marron à l'origine puis rouge et noir, le Vulcain arbore aujourd'hui les couleurs de la fleur fétiche de la Ville rose.
Passionnément violette!!!

Même l'ancre du Vulcain est violette. Comme la violette en améthyste qu'Hélène Vié, la propriétaire du bateau, porte à son cou. Violette aussi la bague à son doigt et le chemisier de soie. Hélène Vié ne se lasse pas de la teinte douce et du parfum délicat de la fleur. Elle éprouve dit-elle «une vraie passion à son égard». Depuis son installation à Toulouse en 1986, elle lui voue toute sa vie.
Il y a d'abord eu le Jardin d'Hélène, un atelier de création florale installé à la Côte-Pavée. Il y a eu ensuite son engagement au sein de l'association, les Amis de la violette. Puis encore l'ouverture du kiosque sur les allées Franklin-Roosevelt et les voyages à l'étranger (Portugal, Angleterre, États-Unis) «pour faire voyager l'image de Toulouse». Hélène Vié est un fin stratège. Si on trouve la violette à l'aéroport Toulouse- Blagnac, à la gare SNCF, sur les aires d'autoroute, on le lui doit.

Violette_de_ToulouseRestait à occuper les voies navigables. Hélène qui ne se sent bien que sur l'eau a choisi le canal du Midi. Comment rêver meilleur endroit pour promouvoir Toulouse, surtout depuis que le canal a été classé patrimoine mondial de l'humanité! La Maison de la violette a ouvert ses portes le 20 février 2000.

Lire un autre article, ici >>